Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journal personnel d'une journaliste parisienne transgenre

De la difficulté d'être (et d'exister)

Publié le 26 Juillet 2010 par caphi

Récemment, sur mon Facebook, je lançais comme un "cri", un "appel au secours" à l'adresse de celles et ceux - nombreux - qui me lisent, bien sûr sur ce site de lien social mais aussi sur mes 5 blogs d'informations culturelles et citoyennes (lire dans mes liens).

Ainsi, je commençais en plaçant sur mon statut, une phrase de Claude Levi-Strauss, repris d'un texte de Avatar Bruno Roger-Petit, (sur le Post, le 25/07/2010), expliquant que, "lassé de lire l'inévitable flot de réactions haineuses, stupides, immatures, violentes qu'engendraient ses écrits de blogueur, Jean-François Kahn a jeté l'éponge, fatigué qu'il est de devoir endurer la prose de ceux qu'il appelle lui même les «dynamiteurs, pollueurs, obsédés et allumés» ("La tentation Jean-François Kahn : arrêter son blog parce que l'on n'aime pas la France que révèle le Net" > à lire sur Le Post)

Caphi la Webdromadaire Caphi la Webdromadaire « Je m'apprête à quitter un monde que je n'aime pas » Claude Levi-Strauss
J'ajoutais "... et qui ne sait pas reconnaître et remercier ceux qui oeuvrent véritablement pour les autres. Et qui en crèvent à petit feux !"
Mon amie  Wilma Peattie  la première à réagir, me répondait "merçi pour le travail que tu fais"
 
Je lui répondais :
 Caphi la Webdromadaire : "Merci Wilma mais je suis fatiguée de prêcher dans le vide. Et sans contrepartie. Sauf la reconnaissance de quelques ami(e)s sincères et actifs comme toi. Merci encore pour ton invitation désintéressée chez toi à Perpignan, fin mai ; j'y ai passé de bons moments.
 
Et de développer, comme une LETTRE OUVERTE :
 
"Ma chère Wilma,

Comme tu le sais, mes blogs, et en particulier ma newsletter la Webdromadaire, sont lus par des intellectuels, des décideurs, des politiques, des journalistes.
 
La publicité sur 2 de mes blogs - je viens de supprimer par dépit les encarts publicitaires sur "Différences", il ne reste que "les Paris de caphi" - ne me rapporte pas : je n'ai jamais rien touché, la somme en avoir étant infime.

Une fois par an, je fais une demande de dons : un minimum de 5 € par personne et par an. C'est pas la mer à boire !
Résultat : sur un millier d'abonné(e)s, à part des encouragements écrits (qui ne mangent pas de pain), seule une poignée d'abonné(e)s (et pas les plus riches !) m'envoit une "participation" à mon travail "citoyen".

Pourtant, ils sont nombreux à apprécier mon travail (gracieux) de décryptage et de réflexion de l'actualité ainsi que mes chroniques "vivantes" (comme ils me le disent) qu'on retrouve quelquefois sur le web, en particulier sur un de mes 5 blogs, la Webdromadaire.
 
 Par exemple, mon blog "Différences", devenu référence francophone sur la TRANSIDENTITE et l'INTERSEXUATION, me prend beaucoup de temps.

Lu par plusieurs centaines de visiteurs chaque jour - "Différences" est rentré en juin dans le TOP BLOGS d'un de mes hébergeurs : over-blog : classé parmi les mille premiers sur... 1 200 000 blogs ! 

Pourtant, comme me l'a écrit Véronique l'année dernière, dans un courrier postal (avec un chèque de soutien) : "Ton blog est vraiment quelque chose d'incontournable et cela doit te demander une grande énergie pour en arriver à ce résultat (...) J'espère que ton travail est reconnu par les associations qui tournent autour de ces questions. Ne pourraient-elles pas elles aussi un peu participer pour aider ton action ?" s'interrogeait cette amie trans habitant en Province.

Malheureusement, depuis 9 ans que j'édite cette newsletter - que vous ne trouverez pas entièrement sur le web - aucune association ne s'est proposé, ni de m'envoyer une participation, ni de me proposer un emploi rémunéré !

Et pour les autres, n'en parlons-pas !

Toutefois, ils sont nombreux à penser et certains (peu) à prendre le temps de le faire - tel l'économiste et essayiste Jacques Attali qui m'a écrit récemment : "je vous lis avec intérêt".

Mais des intérêts, je n'en vois que rarement les subsides...
 
Plus tard, je précisais : "Je suis amère".
  
 Philippe Prohom, auteur-compositeur-interprète, dont j'avais beaucoup apprécié le mini-concert récent aux Trois Baudets (Paris 18e) avec les textes "écorchés vifs" qui m'avaient émue (j'en avais fait depuis mon "ami" sur mon Facebook), m'envoyait à son tour, un petit mot : "j'espère que tu tiendras".
 
J'ajoutais aussitôt, dans l'esprit de mon travail (aussi sur Facebook) de ma revue de presse quotidienne "citoyenne, décalée et subjective" pour décrypter régulièrement une actualité trop foisonnante :
 Caphi la Webdromadaire : "52.400 familles pauvres à Paris. Récemment, le rapport de l’Observatoire des familles parisiennes a conclu que 52.400 familles vivent sous un seuil de revenu 900€ dans la capitale. Bien sûr, cette situation est aggravée au nord de Paris dans les 18 et 19èmes arrondissement."

"Moi, je suis bien en-dessous de ce seuil !... Et pourtant, je ne suis pas inactive ! Celles et ceux qui me connaissent bien le savent." avouais-je. "
Pourtant, avant ma "transition", je gagnais jusqu'à 4000 € par mois, comme Directeur Commercial d'un journal."

"Mais aujourd'hui, être Trans, dans ce beau pays des Droits de l'Homme, semble une tare pour beaucoup (trop) de monde.". Qu'ai-je donc fait de mal, sinon vivre MA vérité ?", demandais-je.

 Xavier Pulpeclub, un autre "ami" facebookien, me répondait à son tour : "Excuses moi si je dis une grosse connerie, ou si je met le doigt ou ça fait mal mais pourquoi, après ta transition, n'as-tu pas pu rester Directrice commerciale du même journal ?? Tes compétences et qualités restent bien évidement les mêmes, ton experience aussi.. Donc à part en liaison directe avec une DISCRIMINATION, prohibée par la loi, quel est le mécanisme qui fait que tu passes de 4000 euros à.. moins de 900 euros ????? Je sais que les dicriminations existent, ouvertes ou sous jacentes, mais à ce niveau.. ??? t
Tu as de nombreux talents, compétences, comment se fait-il que tu n'ais pas un poste de journaliste (pigiste ou autre), ou dans une maison d'édition ou un centre culturel, ou encore un poste dans le milieu associatif LGBT.. ou autre ??
Ma question est sincère... Je souhaite comprendre comment la transition peut entrainer une telle mise à l'écart au niveau du taf...
C'est scandaleux et hallucinant......!"
 
 
Je précisais alors MON HISTOIRE (brièvement) @ Xavier (et accessoirement aux autres)
  Caphi la Webdromadaire
: "Ce n'est pas "moins de 900 €" que je gagne mais 400 € (le RSA) !
Ma situation est trop longue à expliquer. Je vais tenter de résumer.

En avril 2003, je n'étais déjà plus directeur commercial mais je travaillais depuis 7 mois dans la crêperie d'une amie - ex.journaliste comme moi - qui, après une première journée à travailler "en fille" (j'y ai fait ce soir-là les meilleurs pourboires), le lendemain, sous de faux prétextes, mon "amie " m'a refusée. Le plus fort, c'est que c'était une lesbienne "honteuse" (qui le cachait), surtout "dérangée" et mal dans sa peau.

Je suis donc parti(e) sans me changer... pour devenir "Caphi" quelques heures après. C'était le 19 avril 2003. Un week-end de Pâques.

Ensuite, j'ai tenté de retrouver du travail durable. Sans succès.
Que des petits boulots alimentaires et occasionnels dans le milieu de l'Art ou de la vente voire dans le cinéma : des figurations (que des rôles de "putes", comme on nous "voit" ! Je n'ai toutefois pas refusé).

Avant, j'avais de vraies propositions, sérieuses et surtout bien rémunérées.

L'été, pendant plusieurs années, avec une glacière installée sur mon vélo, j'ai même vendus des boissons sur les quais de Seine !

La crise n'explique pas tout...

Malgré mes compétences reconnues, depuis ces longues années, je n'ai pas eu de propositions honnêtes dans mes cordes ou dans mes capacités.

J'aide mes soeurs (et frères) trans' en diffusant inlasablement l'information utile pour elles/eux (et au-delà pour les chercheurs, politiques, journalistes...) mais, moi, je reste encore et toujours en marge !

"Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés" dit-on.

Tu vois, je gère entre autres le blog "Différences" (référencé et surtout très apprécié) et pourtant, même les associations LGBT ne m'ont jamais fait de propositions !
Certaines, bien connues d'ailleurs, n'ont même pas donné de réponse voire d'accusé de réception à mes demandes suite à leur offre via le Pôle Emploi entre autres.

Le Pôle Emploi "antenne journaliste" - où je suis inscrite - m'a présenté récemment à un responsable d'association intervenant pour coacher les "demandeurs d'emploi."

J'ai en effet éte sélectionnée avec d'autres personnes qui ont du "potentiel" comme moi (des financiers, des créateurs...) pour participer à un atelier en septembre pour travailler sur ma personnalité.

Après avoir fait le tour de mes expériences diverses et de mes difficultés de réinsertion, l'homme m'a expliqué que tout en étant "très ouverte", j'ai besoin de "mieux rassurer" mes employeurs potentiels.
On va vous aider à vous "recentrer" et vous "tirer vers le haut" pour "vous affirmer et être en cohérence avec votre charisme" ; c'est ce qu'il m'a dit...

P.S. : Pour mieux me comprendre et lire ce que j'ai endurée, lire ici certaines pages de mon blog PERSO, en particulier les premières pages.
 
 Xavier Pulpeclub me répondait : « Mieux "rassurer" tes employeurs potentiel ??? te "recentrer", te "tirer vers le haut.". woah!  woah!!!!  super jargon le monsieur.. pour moi,  je vois avant tout une nécessité à peut être mieux  exploiter le filon des réseaux existants (amicaux, LGBT, journalistiques..) et à définir des créneaux économiques/métiers qui correspondent à ce que tu sais et aime faire:  écrire, analyser, conseiller, aider..  donc métier de journaliste, OK.. mais aussi écrivaine publique, intervenante sociale ( quitte à suivre une formation, (why not ?) type conseillère insertion a l'APFA..), écoutante sociale  (prévention violence, suicide, addictions, deiscriminations, etc..)... je crois que c'est en INVESTIGUANT autour de ce que tu aime et sais faire, que des pistes interessantes peuvent se dégager.. en restant bien sur celle que tu es...  quand aux non réponses à tes courriers  d'assos LGBT elles sont incompréhensibles, nullement   en raison de je ne sais quelle solidarité communautaire, mais tout simplement  car tu as des compétences d'écriture, d'analyse, et une grande connaissance du milieu trans..tu es une "personne ressource".. et c'est à mon avis ça qui est à mettre en avant... je suis sur que ça peut marcher!!!! En tout cas, Chapeau bas, et toute mon admiration pour ton militantisme. »
 Philippe Prohom réagissait :  "Vu. Lu. Ton courage et tes choix... C'est une leçon. Merci."
 
La suite est à venir...
Commenter cet article